Foodwatch dénonce des “arnaques” sur le prix au kilo de certains produits alimentaires vendus en “maxi format”

rayon d'un supermarché

Des produits alimentaires courants sont vendus en lots à des prix inférieurs, donnant l’impression d’être moins chers, mais en réalité, c’est le contraire. L’association Foodwatch dénonce cette pratique des distributeurs et publie une enquête pour mettre en évidence les arnaques sur le prix de certains aliments.

L’ONG Foodwatch dénonce mercredi 26 avril des pratiques trompeuses de certains distributeurs qui vendent certains aliments en “maxi format” ou en lots, alors que le prix au kilo ou au litre est plus élevé que dans leur version standard.

Foodwatch a identifié 12 produits de grandes marques et de marques distributeurs dans une enquête où le prix au kilo ou au litre augmente pour les versions en “maxi format”. Les exemples cités comprennent des biscuits Pépito Lu, des tranches de Gouda chez Cora, des petits gâteaux Milka, des barres de céréales Nesquik, des viennoiseries Pasquier et Harry’s, ainsi que du Pepsi.

Des consommateurs ont exprimé leur mécontentement après avoir réalisé qu’ils ont été trompés.

Des consommateurs mécontents ont alerté l’association Foodwatch sur des écarts de prix constatés dans des grandes enseignes en Île-de-France, en Bretagne et dans les Hauts-de-France. Foodwatch a pu constater que les aliments vendus en “maxi format” sont souvent plus chers au kilo ou au litre que leur version standard. “Ces pratiques sont totalement inacceptables, particulièrement dans le contexte actuel d’inflation”, dénonce Audrey Morice, chargée de campagne chez Foodwatch. Ces pratiques peuvent tromper les consommateurs qui pensent faire une bonne affaire, selon elle.

Audrey Morice, chargée de campagne chez Foodwatch France, dénonce les écarts de prix constatés dans des grandes enseignes en Île-de-France, en Bretagne et dans les Hauts-de-France. Selon elle, ces pratiques sont inacceptables, surtout dans le contexte actuel d’inflation, car elles touchent particulièrement les familles au pouvoir d’achat réduit. Les consommateurs sont souvent induits en erreur car ces “formats spéciaux” vendus en gros, qui ressemblent à des promotions, sont en réalité plus chers au kilo ou au litre que leur version classique. Foodwatch demande une réglementation plus stricte pour encadrer ces pratiques, sans pour autant demander à l’Etat de vérifier chaque paquet de produit.