Trous noirs : première image du jet colossal de M87, la galaxie géante qui défie les lois de la physique !

trou noir

Une découverte spectaculaire qui révolutionne notre compréhension des mystérieux jets de matière émanant des trous noirs.

Une image inédite du trou noir M87*

Pour la première fois, les astronomes ont réussi à capturer une image montrant simultanément l’ombre du trou noir supermassif M87* et son puissant jet de matière. Cette découverte spectaculaire, fruit d’un travail de longue haleine, promet de révolutionner notre compréhension des mystérieux jets de matière émanant des trous noirs.

Un jet colossal étudié depuis des siècles

M87*, situé au cœur de la galaxie géante M87, a été étudié depuis des siècles. Ce trou noir supermassif, 6,5 milliards de fois plus massif que le Soleil, est entouré d’un anneau de matière qui émet un jet de matière extrêmement fin et collimaté, s’étendant sur au moins 5 000 années-lumière. Les mécanismes à l’origine de ce jet colossal demeuraient jusqu’alors obscurs.

Une avancée majeure dans la compréhension des trous noirs

Grâce à des observations réalisées en 2018 avec les radiotélescopes du Global Millimetre VLBI Array (GMVA), de l’Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (Alma) et du Greenland Telescope (GLT), les chercheurs ont pu obtenir une image sans précédent du trou noir M87* et de son jet de matière.

“Cette image montre pour la première fois le jet et l’ombre du trou noir au centre de la galaxie M87.” – R.-S. Lu (SHAO), E. Ros (MPIfR), S. Dagnello (NRAO/AUI/NSF)

Vers une meilleure compréhension des jets de matière

Ces nouvelles observations ont permis de révéler des détails inédits sur la formation du jet de matière, offrant aux scientifiques une occasion unique d’étudier les interactions complexes entre les trous noirs supermassifs et les galaxies qui les abritent. Cette découverte marque un tournant dans notre compréhension de l’astrophysique des trous noirs galactiques.

“Nous savons que des jets sont éjectés de la région entourant les trous noirs, mais nous ne comprenons pas encore tout à fait comment cela se produit.” – Ru-Sen Lu, Observatoire astronomique de Shanghai, Chine.