Bilan de l’année de Pap Ndiaye, un ministre de l’Éducation nationale critiqué

Un an après sa nomination au poste de ministre de l’Éducation nationale en remplacement de Jean-Michel Blanquer, Pap Ndiaye fait face à des critiques de toutes parts. Universitaire spécialiste des migrations, Pap Ndiaye, 56 ans, était censé incarner un tempérament plus conciliant que son prédécesseur, mais les doutes sur sa capacité à s’affirmer subsistent. Les critiques viennent des syndicats de professeurs, des associations de parents d’élèves et d’une partie de la majorité politique.

batiment-ministere

Des difficultés pour s’affirmer au sein de l’exécutif

Pap Ndiaye est souvent éclipsé par le couple présidentiel sur la question de l’éducation. Emmanuel Macron lui vole régulièrement la vedette lors des déplacements officiels, et Brigitte Macron s’est publiquement prononcée en faveur de l’uniforme à l’école, une position contraire à celle du ministre. Par ailleurs, les relations entre Pap Ndiaye et les parlementaires de la majorité sont compliquées.

“Il est terrorisé à l’idée de venir dans l’hémicycle, c’est un problème” – Une députée influente de la majorité

Une amélioration des relations avec les professeurs et les parents d’élèves

Nombre d’observateurs louent néanmoins un apaisement des relations entre l’Éducation nationale et les acteurs du milieu éducatif depuis l’arrivée de Pap Ndiaye. Cependant, certains choix du ministre ne passent pas, comme la possibilité offerte aux enseignants des filières professionnelles supprimées de se reconvertir en professeurs de collège ou d’école primaire, perçue comme une déconsidération du métier.

Un manque d’ambition sur la mixité scolaire

Pap Ndiaye a également déçu avec sa politique en matière de mixité scolaire, l’un de ses principaux enjeux à son arrivée au ministère. Le plan annoncé en catimini a été critiqué pour son manque d’ampleur dans le secteur public et la signature d’un protocole peu contraignant avec le privé.

Une réponse jugée insuffisante face au harcèlement scolaire

Les parents de Lindsay, adolescente qui s’est suicidée après avoir été victime de harcèlement, ont récemment critiqué le ministre après leur rencontre avec lui. Suite à ce drame, une “heure de sensibilisation” sur le harcèlement et les réseaux sociaux a été annoncée, ce qui laisse sceptiques les parents d’élèves et les enseignants.

Malgré toutes ces critiques et son bilan mitigé, Pap Ndiaye assure que la rentrée scolaire 2023 sera meilleure que celle de 2022. Reste à savoir s’il sera encore à la tête du ministère lors de la rentrée prochaine avec les rumeurs de remaniement qui s’intensifient.

Notre avis

Nous pensons que Pap Ndiaye, bien qu’il ait tenté d’instaurer un climat d’apaisement et de dialogue avec les acteurs du monde éducatif, s’est heurté à des obstacles considérables depuis sa prise de fonction. Le fait que le couple présidentiel lui fasse constamment de l’ombre n’a pas facilité son intégration et son affirmation au sein de l’exécutif, qui reste indispensable pour mener à bien sa mission.

Des choix contestés, notamment sur les filières professionnelles ou encore la mixité scolaire ont soulevé des critiques du corps enseignant et des parents d’élèves qu’il faut prendre au sérieux. Toutefois, il faut aussi reconnaître que certaines avancées ont été réalisées, notamment dans les relations avec les acteurs du milieu éducatif. Il serait intéressant de voir comment Pap Ndiaye pourrait réorienter et renforcer sa politique éducative, notamment sur l’amélioration de la formation des enseignants, l’inclusion des élèves en difficulté et la lutte contre les inégalités.

À la lumière de ces éléments, nous estimons que le maintien de Pap Ndiaye au sein du gouvernement demeure incertain. L’avenir de sa politique pourrait dépendre en grande partie des choix du Président de la République.

À retenir: Bilan de l’année de Pap Ndiaye

📌 Contesté depuis son installation rue de Grenelle
📌 Occulté par le couple présidentiel sur les questions éducatives
📌 Une amélioration des relations avec les acteurs du système éducatif
📌 Des choix contestés, notamment sur les filières professionnelles et la mixité scolaire
📌 Une politique sur le harcèlement scolaire jugée insuffisante
📌 Incertitude sur son avenir en tant que ministre de l’Éducation nationale

Conclusion

Alors que Pap Ndiaye a voulu incarner une nouvelle ère apaisée à l’Éducation nationale, les critiques provenant de divers horizons jettent une ombre sur sa première année en tant que ministre. Entre le poids du couple présidentiel, les décisions mal reçues et les rumeurs de remaniement, la place de Pap Ndiaye au sein du gouvernement est incertaine. Il faudra suivre attentivement les prochaines annonces politiques pour anticiper l’évolution du ministère de l’Éducation nationale et sa direction.